Comprendre la nuance entre les différents types de “cash flows”

Publié le 22 septembre 2014
par Sophie Marchand M.Sc., CPA, CGA, MVP
Free Cash Flow

Comprendre la nuance entre les différents types de “cash flows”

En finance, il existe différentes notions de “cash flows” ou de flux monétaires, en français. Cet article fait la nuance entre les types de “cash flows” suivants: “Free Cash Flow (FCF)”, “Free Cash Flow to the Firm (FCFF)” et “Free Cash Flow to Equity (FCFE)”.

L’état des flux de trésorerie suivant est utilisé afin d’illustrer les 3 types de flux monétaires.

Free Cash Flow

Free cash flow

#1 : Free Cash Flow (FCF)

Le “Free Cash Flow (FCF)” est le montant d’argent qu’une entreprise possède après avoir payé toutes ses dépenses, incluant ses investissements nets en capital. Les investissements nets en capital sont composés des sommes requises pour acheter ou mettre à jour les actifs, comme la machinerie par exemple, afin de maintenir le niveau opérationnel de l’entreprise.

Free cash flow (FCF) =

  • Flux monétaires provenant des opérations
  • Moins: Investissements nets en capital (dépense totale en capital – gain après impôt de la vente d’actifs)

Exemple de calcul:

Free cash flow

Le FCF donne une idée aux investisseurs de la capacité de l’entreprise à rembourser ses dettes et à procurer de la valeur aux actionnaires. Dans le cas d’IFRS, il faut tenir compte des intérêts payés afin de bien capturer les flux liés aux opérations.

#2: Free Cash Flow to the Firm (FCFF)

Le FCFF est le montant d’argent disponible aux investisseurs (dette et équité).Parce que le FCFF est le montant d’argent qui sera disponible aux investisseurs, incluant les détenteurs de dette, la dépense d’intérêt, qui est réservée aux détenteurs de dette, doit être additionnée au FCF. Le montant d’intérêt disponible est le montant après impôt.

Méthode 1: Free Cash Flow to the Firm (FCFF) =

  • Flux monétaires provenant des opérations
  • Plus: [Intérêt x (1-tx impôt)]
  • Moins: Investissements en capital

Exemple de calcul:

Free cash flow

La formule est différente pour les entreprises qui suivent l’IFRS.  Ces entreprises doivent tenir compte de la dépense d’intérêt qui est enregistrée dans les activités de financement de l’entreprise. Également, comme l’IFRS permet de payer des dividendes à partir des flux monétaires provenant des opérations, les dividendes payés devraient être rajoutés lorsqu’applicable.

De plus, le FCFF est employé pour fin d’évaluation d’entreprise puisqu’il fournit un bon estimé des flux monétaires disponibles avant tout effet de levier engendré par la structure de financement de l’entreprise.

Méthode 2: Free Cash Flow to the Firm (FCFF) =

  • Bénéfice net
  • Plus: Amortissement
  • Plus: Autres éléments non-monétaires
  • Plus:  [Intérêt x (1-tx impôt)]
  • Moins: Investissement en capital
  • Moins: Investissement dans le fonds de roulement

Exemple de calcul:

Free cash flow

# 3: Free Cash Flow to Equity (FCFE)

L’argent disponible aux actionnaires est dérivé du FCFF.

Free Cash Flow to Equity (FCFE) =

  • FCFF
  • Moins [Intérêt x (1-tx impôt)]
  • Plus: Emprunts nets

Exemple de calcul:

Free cash flow

L’article suivant pourrait également vous intéresser: Free Cash Flow: Pourquoi c’est important?.

 

CFO-Masque_Formations-en-ligne_FB Le CFO masqué offre un vaste choix de formations en informatique décisionnelle avec Excel et Power BI, via un portail en ligne et à distance en temps réel, selon un calendrier. Si vous désirez organiser des formations privées, faites nous simplement parvenir un courriel à info@lecfomasque.com . Des certificats convenant aux normes de formation continue des divers ordres professionnels du Québec sont offerts pour l'ensemble des formations.  

Découvrez quelles formations vous conviennent

 

 

1 réflexion sur “Comprendre la nuance entre les différents types de “cash flows””

  1. La première valeur sur laquelle nous devons porter notre attention correspond au taux d’inflation présent en France et évalué à 0.3% en ce moment même. Celui ci a côtoyé un moment les 0% et risquait même de créer une spirale déflationniste comme en a connu l’Allemagne ou le Japon. Cependant, grâce aux efforts de la Banque Centrale Européenne (BCE), nous pouvons désormais espérer une évolution de l’inflation jusqu’au seuil des 1% d’ici fin 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top