Power BI : Les dangers de la personnalisation des visuels

Publié le 10 septembre 2020
par Sophie Marchand M.Sc., CPA, CGA, MVP
Personnaliser le visuel

Power BI : Les dangers de la personnalisation des visuels

Parmi les plus récentes options offertes en préversion dans Power BI, on retrouve une fonctionnalité qui permet aux utilisateurs finaux d’accéder à des paramètres de personnalisation de visuels d’un rapport, selon leurs besoins. À prime abord, cette fonctionnalité est excessivement intéressante. Par contre, pour travailler régulièrement avec des créateurs de rapports Power BI, je sais qu’elle soulève plusieurs dangers. Cet article vise à vous expliquer lesquels, pour ne pas que vous vous fassiez prendre au dépourvu.

 

Personnalisation des visuels dans vos rapports Power BI

Tel que précisé en introduction, la fonctionnalité qui permet aux utilisateurs finaux de vos rapports de personnaliser les visuels selon leurs besoins est une fonctionnalité en préversion. Pour l’activer, vous devez donc vous rendre dans les options de Power BI, à partir du menu Option et paramètres.

Options et paramètres

 

Par la suite, vous devez cocher la case Personnaliser les visuels (préversion) de la section Paramètres de rapport.

Personnaliser le visuel

Illustration d’un exemple qui pourrait mal virer

À partir des deux exemples suivants, vous comprendrez comment vous servir de l’option Personnaliser les visuels mais vous saisirez aussi l’importance, plus que jamais, de maîtriser l’art de la modélisation de données et le langage DAX. Vous comprendrez aussi l’importance de bien suivre les meilleures pratiques d’affaires en tout point et notamment, de ne pas utiliser de colonnes précalculées et de bien cacher les champs qui ne servent que de connecteurs entre les tables de vos modèles de données.

 

Données de départ pour l’exemple no.1

Nous avons souligné à plusieurs reprises sur ce blogue, les dangers de travailler avec des tables qui comprennent des valeurs précalculées par ligne, comme par exemple, des ratios. Mais supposons que vous ignorez toujours cette bonne pratique et que vous utilisiez la table suivante pour construire votre rapport.

Table ratios

 

Insertion d’un visuel en ligne

Supposons également que votre intention originale était de présenter l’évolution des ratios dans le temps. Vous insérez donc un visuel en ligne et le tour est joué. Vous avez produit le visuel désiré.

Évolution ratio

 

Exploration de l’option de personnalisation du visuel

Notons d’abord que l’option de personnalisation des visuels affiche une nouvelle icône dans le coin supérieur droit du visuel. Ceci ouvre un menu, comme celui que vous pouvez apercevoir à la gauche du visuel et depuis ce menu, les utilisateurs finaux peuvent modifier certains paramètres du visuel, comme le type de visuel mais aussi l’axe et les valeurs. Attention, l’option peut être activée ou désactivée à partir de Power BI Desktop (par les créateurs de rapports) mais elle est opérationnelle depuis Power BI Service (par les utilisateurs finaux).

Personnaliser le visuel dans le service

 

Personnalisation du visuel par un utilisateur final

Supposons que votre utilisateur final choisisse de modifier l’axe afin de voir le visuel non pas par jours, mais plutôt par mois. Voici le résultat qu’il obtiendrait. Si vous jetez un oeil attentif à l’axe des Y, vous observerez que les ratios ne sont pas des valeurs inférieures à 1, tel qu’attendu. On voit plutôt une addition de tous les ratios, pour chacun des mois.

Visualisation par mois

 

Problématique rencontrée

Ici, le créateur du rapport n’a pas utilisé de mesure en DAX pour calculer adéquatement ses ratios et faire en sorte qu’une sélection par mois ou par toute autre dimension temporelle recalcule le ratio sur cette période. Il a plutôt utilisé une colonne de ratios par ligne. Ce faisant, toute présentation de ce ratio par une dimension temporelle autre que journalière fera l’addition des lignes concernées. Ceci rappelle donc l’importance de bien maîtriser le langage DAX pour créer des modèles de données souples, dynamiques et maintenant capables de laisser l’utilisateur final présenter les informations comme il le souhaite sans produire des informations erronées.

 

Vous avez des sources de données volumineuses à rassembler et analyser dans Excel ? Apprenez à automatiser tout le processus d’importation, de transformation et de modélisation  des données avec nos formations sur Power Query et Power Pivot dans Excel.

 

Données de départ pour l’exemple no.2

Dans l’exemple suivant, le créateur du rapport cherche surtout à calculer les écarts entre les actuels et le budget. Notez qu’il y a une catégorie de plus dans le budget que dans les actuels. Il semble en effet, qu’aucune planche n’ait été vendue durant la période, alors qu’il y avait des prévisions au budget.

Modèle de données Actuels Budget

 

Définition de mesures en DAX

Ici, le créateur du rapport a défini correctement des mesures en DAX.  Il a notamment défini une mesure qui fait la somme des ventes au niveau “actuel”, une mesure qui fait la somme des ventes au niveau “budget” et une mesure qui calcule l’écart entre les deux mesure précédentes. Il obtient donc le modèle de données suivant.

Modèle données détaillé

 

Insertion d’un visuel en carte

Si vous vous référez aux données de départ fournies, vous constaterez que les ventes totales actuelles sont de 375 et les ventes totales budgétées de 600. L’écart est ainsi de -225. Le créateur de rapport insère donc une visualisation de carte avec la mesure ÉcartVentesBudget, ce qui affiche -225, comme prévu.

Écart actuels vs budget

 

Personnalisation du visuel par un utilisateur final

Si l’utilisateur final désire voir les écarts par catégorie de produits, il pourra utiliser un visuel de matrice et insérer le champ Catégories de la table Catégorie, pour obtenir le résultat suivant.Par catégorie OK

 

Toutefois, si le créateur du rapport n’a pas inséré de table de dimensions pour les catégories ou s’il a omis des cacher les champs Catégories des tables Actuels et Budget, l’utilisateur final pourrait utiliser le champ Catégories de la table Actuels, par exemple, et il obtiendrait le résultat erroné ci-dessous.

ar catégorie table actuelle

 

Conclusion

C’est tout à fait génial que Microsoft tente de rendre l’expérience des utilisateurs finaux la plus souple et la plus conviviale possible, en leur laissant la possibilité de personnaliser les visuels d’un rapport. Toutefois, cela accentue la nécessité pour les créateurs de rapports de bâtir des modèles de données sans failles. C’est un aspect à prendre en considération avec la plus grande vigilance.

 


Fichier d’accompagnement VIP à télécharger

Pour télécharger le fichier utilisé dans ce tutoriel, devenez membre VIP du CFO masqué.

 

Formation complémentaire

Afin d’approfondir vos connaissances avec la modélisation de données, nous vous recommandons notre formation Excel – Introduction à Power Pivot et aux modèles de données. Cette formation permet d’acquérir les meilleures techniques en modélisation de données, que ce soit dans Power Pivot pour Excel ou dans Power BI Desktop.

 

Voici quelques commentaires d’apprenants ayant suivi cette formation :

Le CFO masqué - Commentaires formation - Excel – Introduction à Power Pivot et à la modélisation de données
CFO-Masque_Formations-en-ligne_FBLa mission du CFO masqué est de développer les compétences techniques des analystes et des contrôleurs de gestion en informatique décisionnelle avec Excel et Power BI et favoriser l’atteinte de leur plein potentiel, en stimulant leur autonomie, leur curiosité, leur raisonnement logique, leur esprit critique et leur créativité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top