Qu’est-ce que le coût moyen pondéré du capital (CMPC)?

Publié le 22 avril 2012
par Sophie Marchand M.Sc., CPA, CGA, MVP

Qu’est-ce que le coût moyen pondéré du capital (CMPC)?

Le coût moyen pondéré du capital (CMPC), aussi appelé le “Weighted Average Cost of Capital (WACC)” en anglais, est utilisé en entreprise comme taux d’actualisation dans le calcul de la rentabilité d’un projet d’investissement (voir Calculez la VAN de vos projets d’investissement) ou pour déterminer la valeur de l’entreprise.

.

QU’EST-CE QUE LE CMPC?

.

Le CMPC, comme son nom l’indique, est le coût moyen de toutes les sources de fonds de l’entreprise. En évaluation de projets, on dira que tous les projets qui offriront à l’entreprise un rendement supérieur au taux exigé par l’ensemble de ses bailleurs de fonds, feront augmenter la valeur de l’entreprise et devraient donc être acceptés par l’entreprise. À l’inverse, tous les projets qui offriront à l’entreprise un rendement inférieur à celui exigé par ses bailleurs de fonds (CMPC) devraient faire diminuer la valeur de l’entreprise.

.

COMMENT CALCULER LE CMPC?

.

.

Dans l’exemple précédent, nous avons déterminé le poids de chacune des sources de fonds à partir de leur valeur au marché respective. Nous avons ensuite déterminé le coût de chaque source de fonds avant et après impôt et finalement, nous avons calculé le coût moyen pondéré.

.

Coût de la dette

.

Vous avez probablement noté que le coût de la dette a été calculé après impôt, contrairement au coût des actions privilégiées et ordinaires. Nous calculons le coût de la dette après impôt parce que les intérêts que l’entreprise paie sur sa dette sont déductibles d’impôt, contrairement, par exemple, aux versements de dividendes. L’entreprise réalise donc une économie d’impôt chaque fois qu’elle verse des intérêts à ses créanciers.

.

Coût des actions privilégiées (AP)

.

Pour déterminer le coût des actions privilégiées, il faut simplement diviser le dividende par la valeur au marché des actions.

.

Coût des actions ordinaires (AO)

.

Pour déterminer le coût des actions ordinaires, il faut diviser le dividende espéré par la valeur au marché des actions et ensuite tenir compte du potentiel d’appréciation du capital.

.

Notes complémentaires

.

D’autres éléments pourraient être inclus dans le calcul comme les frais d’émission de titres par exemple. Toutefois, nous n’allons pas complexifier la leçon d’aujourd’hui davantage!

.

Nous utiliserons le CMPC après impôt lorsque nous tiendrons compte de l’impôt dans l’évaluation du projet d’investissement. Dans le cas contraire, nous utiliserons un CMPC avant impôt.

.

Lorsque nous évaluerons un projet d’investissement sans tenir compte de l’inflation, nous utiliserons un CMPC qui ne tiendra pas compte de l’inflation lui non plus.

.

CFO-Masque_Formations-en-ligne_FB Le CFO masqué offre un vaste choix de formations en informatique décisionnelle avec Excel et Power BI, via un portail en ligne et à distance en temps réel, selon un calendrier. Si vous désirez organiser des formations privées, faites nous simplement parvenir un courriel à info@lecfomasque.com . Des certificats convenant aux normes de formation continue des divers ordres professionnels du Québec sont offerts pour l'ensemble des formations.  

Découvrez quelles formations vous conviennent

 

9 réflexions sur “Qu’est-ce que le coût moyen pondéré du capital (CMPC)?”

    1. Bonjour,

      Oui, toutes les dettes portant intérêt sont incluses. Les marges de crédit et découverts bancaires peuvent être considérées comme des dettes qui financent le fonds de roulement.

      Au plaisir,

      Sophie

  1. Bonsoir, mais comment peut inclure le découvert bancaire qui est une dette à court terme dans le CMPC qui ne s’intéresse qu’aux ressources à Long Terme(Capital+Emprunts à Long Terme). Merci d’avance

    1. Bonjour,

      Le CMPC est le coût moyen afin de financer l’entreprise. On peut dire qu’il y a deux grandes catégories d’actifs à financer:

      1- Le fonds de roulement net (actifs à court terme excluant l’encaisse – passifs à court terme excluant le découvert bancaire et les portions court terme des dettes à long terme);
      2- Les actifs à long terme.

      En général, le fonds de roulement sera financé avec du découvert bancaire / marge de crédit alors que les actifs à long terme le seront par de la dette à long terme et de l’avoir des actionnaires.

      Donc, on voit bien que le capital investi (actifs à long terme + fonds de roulement net) est financé avec une combinaison de dettes court terme, dettes long terme et avoir des actionnaires. Donc, la dette court terme doit faire partie du CMPC.

      Au plaisir,

      Sophie

      1. Merci de votre explication, mais je ne suis pas convaincu puisque avec le SYSCOA le fonds de roulement=Ressources stables(capitaux propres+Dettes à long terme)-Actif Immobilisé, donc je ne vois pas comment le découvert bancaire doit intervenir dans le capital investi

  2. Bonjour,

    Le SYSCOA a simplement une différente terminologie que les IFRS ou l’ICCA (normes canadiennes). Mais comme Sophie l’a mentionné cela revient au même que ce vous dites Ndiaye, dans le sens ou le fond de roulement est la balance qui reste quand l’on déduit les actifs court terme – du passif court terme ou encore
    (passif long terme +CP) – actif long terme cela revient simplement a jouer avec l’équation total des actif est égal au total des passifs plus CP. Les fonds stables servent a l’exploitation de l’entreprise qui doivent être financer par la dette a court terme tel qu’un découvert bancaire, ou marge de crédit (au Canada).

    Bien a vous,

    Seynabou, Candidate a la profession CPA, CGA

  3. bonsoir Sophie,
    comment traduire la van dans une entreprise qui a des ambitions de tirer profit dans ses investissements?? et comment se calcul le TRI puisque ce formule m’intrigue un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top