Problème de paiements préautorisés en ligne: À qui la faute?

Publié le 09 novembre 2013
par Sophie Marchand M.Sc., CPA, CGA, MVP
Banque Laurentienne du Canada

Problème de paiements préautorisés en ligne: À qui la faute?

J’ai longtemps hésité avant de rédiger l’article qui suit et finalement, j’en suis venue à la conclusion qu’il valait la peine d’être publié, parce que l’événement qu’il décrit:

    • Contient des faits cocasses
    • Expose des failles de systèmes
    • Implique des notions de responsabilité

Je me suis dit que ces trois ingrédients réunis dans un même article pourrait intéresser certains d’entre vous. Je vous raconte donc mon anecdote!

.

Comment tout a commencé…

Par une belle journée ensoleillée, je conduis prudemment ma voiture (comme toujours), dans le respect des limites de vitesse et tout… en pleine campagne… Tout à coup, je remarque qu’une voiture de police me suit et qu’elle a allumé ses girophares. Je suis persuadée que ce n’est pas pour moi mais je suis la seule conductrice sur cette route alors, incrédule, je range ma voiture sur le côté de la route. C’est là que la policière m’indique que je n’ai pas renouvelé mes immatriculations. Je lui réponds spontanément qu’elle a dû faire une erreur puisque je les ai effectivement payées il y a quelques semaines. Je m’en souviens, puisque c’était la première fois que je payais mes immatriculations en ligne (avant, je les payais par la poste… et oui, moi aussi je garde souvent de vielles habitudes…). La policière s’impatiente un peu, me dit qu’il n’y a pas d’erreur, me remet une contravention de 451$ et m’escorte jusque chez moi parce que, figurez-vous, je conduis ma voiture en toute illégalité! Quelle humiliation.

.

Vérification de la preuve

Aussitôt que j’entre dans la maison, je me lance vers mon ordinateur et je fais une recherche en ligne concernant mon paiement à la SAAQ. Je regarde dans l’historique des paiements et je ne vois pas le montant en question. Je panique. Mais, qu’est-ce qui a bien pu se passer? Je regarde dans mes filières et je retrouve la facture et sur celle-ci, mon écriture indiquant que le paiement a été fait en ligne, à une date donnée et j’ai même un numéro de confirmation. Je me souviens alors que lorsque j’ai fait le paiement, ça ne fonctionnait pas. Le site de la Banque Laurentienne mentionnait quelque chose comme “Le service que vous tentez d’utiliser en ce moment est indisponible”. Je me souviens clairement du mot “indisponible” puisque je trouvais inquiétant que la fonction de paiement immédiat de factures ne soit pas disponible. Alors, pour la première fois de ma vie, j’ai fait un paiement post-daté. J’ai en fait, postadé mon paiement d’une seule journée et j’ai reçu un numéro de confirmation. J’ai donc rangé ma facture dans mon classeur et je ne me suis plus jamais préoccupé du paiement qui, je croyais, allait se faire sans problème le lendemain. Mais erreur! Le paiement ne s’est jamais fait.

.

Banque Laurentienne du Canada

.

Contestation auprès de la Banque Laurentienne

Lorsque j’ai téléphoné au service à la clientèle de la Banque Laurentienne, on m’a d’abord expliqué que le paiement n’était pas passé parce que je n’avais pas inscrit le bon montant. J’avais, apparemment, inscrit 0.10$ de plus. On m’a aussi expliqué que n’importe quel autre fournisseur aurait accepté ce montant mais que la SAAQ exigeait le montant exact. J’ai donc demandé pourquoi je n’avais tout simplement pas eu un message d’erreur à cet effet et on m’a répondu que la Banque Laurentienne m’avait envoyé un courriel me mentionnant qu’il y avait un problème. Mais je n’ai jamais reçu ce courriel… Après une longue discussion sur le fait que j’étais une excellente cliente de la Banque Laurentienne, que je n’avais jamais fait un paiement en retard, que j’avais vécu un stress considérable avec mon arrestation (et l’escorte jusqu’à la maison!), le préposé a accepté de transférer mon dossier à un autre département.

Quelques jours plus tard, une responsable de ce département a communiqué avec moi. Elle m’a expliqué que la transaction n’avait pas réussi parce que je n’avais pas inscrit le bon numéro de compte. Je lui ai alors demandé si le montant que j’avais entré était exact et elle m’a confirmé que oui. Bizarre… deux diagnostics différents. Elle m’a aussi expliqué que la Banque Laurentienne n’était pas responsable puisque j’avais été avisée par courriel. La Banque Laurentienne m’a peut-être envoyé un courriel mais moi, je ne l’ai jamais reçu. J’ai demandé pourquoi alors j’avais reçu un numéro de confirmation et elle m’a répondu que c’était un numéro qui confirmait que ma transaction avait bel et bien été postdatée mais pas qu’elle était bien enregistrée… J’ai alors demandé pourquoi, lorsque j’avais tenté de faire le paiement en temps réel, le système ne m’avait pas tout simplement indiqué que le numéro de compte n’était pas le bon au lieu de me dire que le service était indisponible… Je n’ai pas reçu de réponse claire à ce sujet.

.

Suite des péripéties

Je n’ai donc jamais été remboursée pour le 451$ de contravention et le lendemain, je devais me rendre chez des clients. Le problème, c’est que je ne pouvais pas utiliser ma voiture et que si je payais mes immatriculations en ligne, j’allais devoir attendre au moins une semaine avant de pouvoir utiliser ma voiture. J’ai donc été obligée d’obtenir de l’aide pour me rendre à la SAAQ payer mes immatriculations. J’en ai aussi profité pour envoyer un courriel à cet effet à mon conseiller personnel à la Banque Laurentienne et il n’a même pas fait l’effort de répondre à mon courriel, même pas en disant qu’il ne pouvait pas m’aider. Mais peut-être que lui aussi, n’a pas reçu mon courriel…

.

À qui la responsabilité?

La question qui se pose maintenant: à qui la responsabilité? Je suis curieuse de connaître vos avis à cet effet. Est-ce que quelque chose de similaire vous est déjà arrivé? Faites-vous confiance aux paiements préautorisés? Si vous avez un avis, je vous invite à utiliser l’espace de commentaires ci-bas, pour le partager avec moi et les lecteurs de Mon Cher Watson.

 

CFO-Masque_Formations-en-ligne_FB Le CFO masqué offre un vaste choix de formations en informatique décisionnelle avec Excel et Power BI, via un portail en ligne et à distance en temps réel, selon un calendrier. Si vous désirez organiser des formations privées, faites nous simplement parvenir un courriel à info@lecfomasque.com . Des certificats convenant aux normes de formation continue des divers ordres professionnels du Québec sont offerts pour l'ensemble des formations.  

Découvrez quelles formations vous conviennent

 

18 réflexions sur “Problème de paiements préautorisés en ligne: À qui la faute?”

  1. êtes-vous toujours avec votre institution actuelle? pensez premièrement à changer de Banque avec laquelle vous faites affaires si personne ne s’occupe de vous!

    Ce sont des situations où il y a clairement une erreur de système, donc la moindre des choses pour votre institution est de vous rembourser la moitié des frais. Ils ne prennent aucune responsabilité, donc deux choses, soit qu’ils ne tiennent pas à vous comme cliente ou leur processus de plaintes est aussi mal géré que le reste.

    D’une façon ou d’une autre changer de Banque et parlez-en à votre entourage, car il est temps qu’on reprenne le pouvoir comme consommateurs, et arrêter de se faire traiter comme les entreprises le font actuellement.

  2. La SAAQ pourrait aussi confirmer le paiement et le renouvellement des immatriculations. Je trouve bizarre qu’on nous envoient nos certificats avant de payer. Il y a une logique qui m’échappe et il semble que la responsabilité revient à l’usager. N’est-ce pas trop facile pour les institutions !

  3. Changer de Banque aurait aussi été mon conseil, si je ne l’avais pas déjà fait pour des motifs semblable, mais d’une autre institution… Changer d’institution demande du temps! Sans compter les frais que cela peut occasionner (ex. : réimpression de chèques etc.), et le manque à gagner en raison du temps productif perdu. Un pensez-y bien!

  4. La banque Laurentienne a déjà perdu 55 000$ appartenant à ma mère. Un soit disant transfert automatique lorsque son placement venait à échéance, mais le transfert n’a pas été automatique. Le retrait oui, mais pas le dépot. Ça pris 1 mois pour retrouver l’argent, mais personne ne s’est excusé.

  5. Chère Sophie,
    Après quelques recherches, en bonne bureaucratie professionnelle ;a Banque vous offre 3 étapes à suivre :
    http://www.bnc.ca/bnc/files/bncpdf/fr/2/f_ic_Reglement_plaintes_p.pdf

    1- Plainte à la succursale (à la direction de votre “conseiller personnel”);
    2 – Service de médiation de la Banque Nationale;
    3 – Service de l’ombudsman de la Banque Nationale.

    En cas d’échec, je pousserais un bref compte rendu à :
    Dominique Fagnoule, Premier vice-président à la direction,”Technologie de l’information” et Performance organisationnelle
    et à
    Diane Giard, Première vice-présidente à la direction, “Particuliers” et Entreprises.

    Et bien entendu copie conforme au Président chef de la direction Louis Vachon.

    Avec un actif de 187,2 milliards $ il est grand temps de redonner… aux clients!

    Je ne lâcherais pas le morceau!

  6. Je précise, ceci n’est pas un avis légal.

    Votre dossier sent la Cour des petites créances.

    Tout est affaire de prétention. Malgré ce que la Banque peut vous dire du haut de ses milliards, tout ce qu’elle raconte (ou ses employés qui la représentent) n’est que prétention. En revanche, tout ce que vous dites n’est aussi que prétention. Seul un juge peut trancher, notre système est ainsi fait.

    Est-ce que vous croyez votre recours fondé ? Pensez-vous qu’une personne raisonnable, prudente et diligente aurait pu penser que la facture était payée ? En fait, vous devrez convaincre le juge que c’est le cas.

    Ensuite, il vous faudra convaincre le juge qu’il y a eu défaut de la Banque, que vous avez subi des dommages, et établir le lien entre les deux.

    À la petite créance, le maximum est de 7 000$ … et n’oubliez pas de comptabiliser votre temps, votre stress et votre honte de vous voir raccompagner par la police. Tout ça se monnaie. Pas, cher, nous sommes au Québec, mais ça se monnaie quand même.

    Rien que pour voir un représentant de la Banque venir s’empêtrer dans ses explications fumeuses devant un juge, ça vaut le coût.

    – Comment expliquer qu’un représentant vous dit qu’il s’agit qu’une erreur de montant et qu’un autre vous dit qu’il s’agit d’une erreur de numéro de compte ?
    – Quant au refus d’un paiement trop élevé par la SAAQ, confirmer cette information avec cette société.
    – Quel est la signification d’un numéro de confirmation pour la Banque ? Qu’est-ce que celà représente ? À quoi ça sert ? Que signifie l’expression «numéro de confirmation» pour la personne raisonnable, prudente et diligente ?
    – L’envoi d’un simple courriel pour vous avertir est-il légal ? Si oui, est-ce suffisant ? La preuve est à l’effet que vous ne l’avez jamais reçu. La banque possède-t-elle une preuve que vous l’avez reçu ? Est-ce que le fait que la Banque vous ait prévenu par courriel l’exonore de sa responsabilité ? Est-ce suffisant ?
    – Comment faire la différence entre un numéro de confirmation pour une transaction enregistrée et un numéro de confirmation pour une transaction postdatée ? À quel endroit et à quel moment vous a-t-on expliqué clairement la différence entre les deux ?
    – Pourquoi n’avez vous pas eu de message d’erreur quant à votre numéro de compte ? Quel leur responsabilité en tant que concepteur de ce système ? Qui a monté ce système? A-t-il été testé ? Par qui, quand ? Qu’ont-ils mis en place pour éviter ce type d’erreur de LEUR système. Ils devront répondre clairement à cette question.

    Si j’ai un numéro de confirmation de la Banque, pour moi, le dossier est clos. Point final.

    Vous avez, me semble-t-il, le jugement, la capacité, la verve et l’intelligence pour mener ce dossier jusqu’au bout. Je vous invite à poursuivre au nom de tous ceux et celles, démunis et qui n’ont pas vos capacités intellectuelles, financières, organisationnelles et autres qui sont victimes de ces grosses entreprises qui se croient au-dessus de tout.

    Notez tout ce qu’on vous dit et qui vous l’a dit, etc. Si la Banque mentionne que les appels sont enregistrés, enregistrez-les aussi. Si ils ne retournent pas vos appels, mentionnez-le aussi.

    Lettre recommandée avec 10 jours pour régler le dossier sinon poursuite au petite créance sans aucun autre avis ni délais. Pas de temps à perdre avec ça.

    Si on vous dit que c’est une menace, dites-leur plutôt que c’est une promesse ! Ça a toujours un certain effet sur l’interlocuteur.

    Je tiens à le répéter, je ne suis pas avocat et ceci ne constitue pas un avis légal.

  7. Je ne suis pas avec la banque laurentienne, mais je connais plusieurs personnes qui étaient clients et qui ont changés a cause de leur manque de professionnalisme, je sais qu’il peut sembler onéreux, mais je pense qu’il serait plus prudent de transférer tout ailleurs, en faisant au préalable des recherches pour trouver les services financiers qui sauront répondre a tes besoins. C’est mon avis en tout cas je ne suis pas vraiment partant pour être servi par des trou du cul comme cette banque.

  8. Chère Sophie,

    Je crois rêver. Il m’est arrivée la même chose l’an dernier avec le renouvellement de mon permis de conduire. Je peux vous assurer que j’en ai perdu du temps à savoir comment ça pu arriver. Et savez vous quoi, la même chose s’est produite cette année avec les taxes municipales. Pire encore le premier paiement a passé mais pas les suivants… Pour votre info ça arrive pas juste avec la banque Laurentienne.

  9. Bonjour Sophie

    J’ai eu une expérience bizarre moi aussi, mais avec la SAAQ.
    J’ai déménagé et lors du renouvellement de mon immatriculation j’en ai profité pour changer mon adresse dans mon dossier. Le changement est complété à la SAAQ. Surprise, 10 mois plus tard, je me fais arrêter pour non renouvellement du permis de conduire, heureusement que ma femme était avec moi, ça ne m’a couté que seulement 451 beaux dollars de contribution à nos chers élus.
    Les avis de renouvellement avaient été envoyés à mon ancienne adresse.
    Le courrier a été retourné à la SAAQ avec mention déménagé.
    Personne n’a allumé à regarder dans mon dossier pour vérifier. Il aurait vu que l’adresse de mon immatriculation était changée et différente de celle de mon permis de conduire. J’ai appris (en toute surprise) que les systèmes informatiques très performants de la SAAQ ne communiquent qu’en sens unique.
    Donc les changements se font dans tous les dossiers si l’on fait le changement d’adresse pour le permis de conduire mais pas l’inverse. Il est vrai que j’aurais dû me rendre compte que mon permis était expiré, j’en assume ma part.
    Toutefois je n’ai jamais reçu les avis de renouvellement.
    La leçon que j’en tire; ne jamais faire confiance au gouvernement ou à l’un de ses représentants. Toujours demander une confirmation écrite de toutes transactions ou ententes effectuées et encore là sachez que le fardeau de la preuve est toujours sur nous.

    J’espère que mon expérience vous sera profitable.

    1. Il ne s’agit pas de confiance… Le Service public et son fonctionnaire sont notre dernier rempart pour préserver ce qui nous reste de civilisation :).

      Tout fonctionnaire (et pour avoir exercer ce rôle) fait de son mieux pour exécuter sa tâche au meilleur de sa connaissance envers le citoyen.

      Il s’agit plutôt d’appareils bureaucratiques lourds. Il faut doublement, triplement vérifier en tout temps. Règle absolue!

  10. Bonjour Sophie,
    Je ne suis pas aussi un avocat, mais j’ai travaillé pendant plusieurs dizaines d’année avec une institution financière, et une des choses que j’ai appris, est de toujours, mais toujours prendre en note le nom de la personne à qui on parle, son numéro d’employé, l’heure et la date de la conversation. Même qu’idéalement s’équiper d’un enregistreur et l’utiliser chaque fois que vous négociez avec banque, service cellulaire, téléphone cable, gouvernement bref tous ce qui implique de l’argent. Communiquer par courriel, c’est rapide et vous en garder le contrôle et une copie.

    Quant à quoi faire, idéalement envoyer une lettre recommandée avec la mention sans préjudice, comme mentionné par Kevin, au président ou vice président, et leur donnant 5 jours pour régler le montant total et un montant additionnel comme $100, pour le trouble qu’ils vous ont causé. Vous verrez, c’est effarant la vitesse à laquelle cela redescend vite au conseiller.

    Le conseil de Martin n’est pas mauvais, mais entraine du temps et encore des frais et cela peut prendre jusqu’à 18 mois avant que l’affaire soit entendu par un juge. De plus, vous remettez le problème entre les mains d’un 3ieme tiers, donc jamais certain de comment cela va tourner.

    Ne pas faire de menace, vous partez d’un mauvais pied, mais vue que l’image est la chose à laquelle les banques font extrêmement attention, mentionnez que si vous n’obtenez pas satisfaction, vous publierez dans les médias sociaux, comme actuellement. Mais tenez en seulement au faits: j’ai payé ma facture tel date , tel heure, j’ai reçu un message qui disait …: à tel heure. Les démarches entreprises, pour communiquer avec la banque et indiquer, les réponses obtenues.

    Pour ce qui est du montant que vous demandez, ce m’est même pas une goutte d’eau. Les banques se font toutes des réserves pour les mauvaises créances, les poursuites des employés congédiés, des erreurs , et même le directeur a souvent une marge de jeu pouvant aller jusqu’à $2,000. Si il n’en n’a pas, le directeur régional lui il là.

    Aussi une fois le litige réglé, que ce soit à la Nationale, Montréal, TD, et autres de ce mondes, vous n’êtes qu’un numéro et c’est du pareil au même . Alors magasinez, et cherchez les institutions qui vous offrent les meilleures avantages, soit aucun frais de service, si vous avez une hypothèque celle qui offre immédiatement le meilleur taux, et pour les placements aussi, et déménagez vos affaires vu que d’après moi le lien de confiance entre la banque et vous est nettement brisé, mais toujours tenir en tête qu’ailleurs cela sera la même chose.
    Je pourrais vous en écrire tellement, mais il y a une chose, elles sont en affaires pas pour vos beaux yeux et les promesses de votre conseiller , mais pour le cash $$$$$$$$$$$$$ .

    Bonne chance

    Et ce serait plaisant de savoir la fin de l’histoire …

  11. Bonjour Sophie,

    Quelle embêtante, humiliante et fort coûteuse mésaventure.

    En Europe, et singulièrement en Belgique, les banques garantissent – en principe – dans leur “service level agreement” vis-à-vis de la clientèle la bonne exécution des paiements préautorisés … pour autant que le solde bancaire du client, assorti éventuellement d’une marge de crédit, permette la bonne exécution du paiement à son échéance. Je ne doute pas que c’était votre cas.

    Ceci étant, il est toujours conseillé d’écrire une plainte à sa banque lorsque de tels évènements surviennent … et d’éventuellement faire pression en menaçant de changer de banque si aucun modus vivendi n’était trouvé.

    Belle journée Sophie et félicitations pour vos billets toujours forts intéressants.

    Gino Thys
    ALTURA 6012

  12. Je ne suis pas avocat et ceci ne constitue pas un avis juridique

    Quelle est l’intensité de l’obligation de la Banque : une obligation de moyen, de résultat ou de garantie
    http://www.avocat.qc.ca/public/iiresp-contract.htm#3.2.1 ?

    La Banque a-t-elle pris tous les moyens pour que la transaction aboutisse. Vous ont-ils seulement envoyé un courriel à une seule reprise ? Ont-ils tenté de vous rejoindre autrement ? Comment aurait agi une personne raisonnable, prudente et diligente voulant que la transaction réussisse ? Votre dossier a la Banque est-il à jour (numéro de téléphone au domicile, au travail adresse, etc.) ? Le fait de vous envoyer un simple avis par courriel me semble un peu facile pour se libérer de leur obligation.

    Au fait, l’argent était-elle débité de votre compte pendant tout ce temps ?

    Désolant, mais votre cas n’est pas nouveau Voici un document de 2005
    http://uniondesconsommateurs.ca/docu/budget/09-dpa-complet-F.pdf

  13. La ROBOTISATION DES INSTITUTIONS…..L’OUBLIE CÔTÉ HUMAIN…..

    Vieille mais pas folle…

    Lettre adressée à une banque
    Ce qui suit
    est une véritable lettre qu’un gérant de banque
    a fait publier dans le New York Times,
    lettre d’une dame de 86 ans, cliente de sa banque.

    Monsieur,
    Je vous écris pour vous remercier
    d’avoir fait rebondir le chèque
    destiné à mon plombier pour mon compte du mois dernier.

    Je calcule qu’il s’est écoulé trois nanosecondes
    entre le temps où le chèque a été déposé
    et l’arrivée des fonds requis pour le couvrir.

    Je fais référence, naturellement, au dépôt mensuel de mes fonds de pension,
    autorisation qui, je dois l’admettre, a été faite il y a seulement huit ans.

    On devrait vous féliciter d’avoir pris ce bref moment
    pour saisir mon compte
    et le débiter d’un montant de 30 $ de pénalité,
    surtout que l’erreur découle d’une défaillance de votre système bancaire.

    Cet incident me pousse à revoir la manière de gérer mes finances.

    Je vous fais remarquer que
    je réponds personnellement à vos appels téléphoniques et à vos lettres.

    Par contre, quand je tente de vous joindre,
    c’est une machine préenregistrée, voire surchargée, qui me répond.

    Voilà ce que votre banque est devenue.

    À l’avenir, je
    choisis de faire affaire avec une personne en chair et en os.

    Par conséquent, à partir de maintenant, mes paiements hypothécaires et mes emprunts
    ne seront plus automatiques,
    mais arriveront à votre banque
    par chèques portant la mention “personnel et confidentiel”
    adressés à un(e) employé(e) de votre banque
    que vous aurez désigné(e).

    Je tiens à vous préciser que,
    si d’autres personnes ouvrent cette lettre,
    ils commettent une faute selon les règles de la poste.

    Vous trouverez ci-joint le formulaire « Responsable du compte »
    qui doit être rempli par la personne
    que la banque désignera pour s’occuper de mon compte.
    Je regrette que ce formulaire compte huit pages.
    Mais il est conçu de manière
    à ce que j’aie autant de renseignements sur cette personne
    que vous en avez sur moi.

    Prenez aussi note que
    toutes les copies des rapports médicaux de cette personne
    devront être contresignées par un notaire
    et que les documents concernant sa situation financière
    (revenus, dettes, placements et rentabilité)
    devront être accompagnés de preuves justificatives.
    Au moment opportun, selon mes disponibilités,
    je soumettrai un numéro de NIP,
    que la personne désignée devra utiliser dans ses échanges avec moi.

    Je regrette qu’il ne puisse avoir moins de huit caractères,
    mais j’ai pris modèle sur le nombre de boutons requis
    pour avoir accès au solde de mon compte.

    Comme on dit souvent, être imité est une forme de flatterie!
    Laissez-moi tenter de vous imiter davantage encore.

    Lorsque vous m’appellerez,
    voici les numéros des boutons à presser :

    1. Pour parler français
    2. Pour prendre rendez-vous pour un paiement manquant
    3. Pour transférer l’appel dans mon salon au cas où je serais en train de regarder la télé
    4. Pour transférer l’appel dans ma chambre à coucher au cas où je serais couchée
    5. Pour transférer l’appel à la salle de bain au cas où je serais en train de faire ma toilette
    6. Pour transférer l’appel à mon cellulaire au cas où je ne serais pas à la maison
    7. Pour laisser un message sur mon ordinateur : un mot de passe est requis, que je vous donnerai plus tard lorsque j’aurai reçu le formulaire « Responsable du compte» mentionné plus haut
    8. Pour retourner au menu principal et réentendre les options 1 à 7
    9. Pour porter plainte ou demander des renseignements.
    Notez que le ou la responsable devra peut-être être mis(e) en attente, selon le trafic de mon service de répondeur. Toutefois, une douce musique est prévue pour alléger le temps d’attente.
    10. Malheureusement, mais suivant votre exemple, j’aurai à vous facturer les frais de ces nouveaux arrangements

    Puis-je vous souhaiter une année moins prospère?

    Votre humble cliente

  14. C’est malheureux ce qui vous ai arrivé seulement actuellement les choses vont tellement vite qu’on a pas le choix. Pour être compétitif, Il faut adhérer à toutes ses choses là. C’est rapide et efficace!
    Cependant , les exceptions ne manquent pas et des erreurs sont aussi nombreuses. C’est pourquoi il faut toujours enregistrer et garder des preuves de paiement comme les numéro de confirmation, etc.
    Personnellement, je n’ai pas beaucoup confiance dans toutes ces nouvelles technologies. En plus la banque ne reconnaît jamais jamais ses erreurs quant il y a $$$ des frais d’engagés. Je prend toujours le temps de vérifier après si tout s’est bien passé. Je rappelle etc., faire un suivî quoi? En plus, je garde toujours une petite somme d’argents sur moi au cas où le guichet automatique refuserai de me servir ou serait en panne. Je me rappelle il y a une vingtaine d’années, un samedi matin après une épuisante semaine d’examens de fin de session, je me suis rendue compte que je n’avais pas assez de lait et des couches pour mes bébés de 18 et 6 mois, la gardienne n’as même pense m’en parler. Je suis allée au guichet de ma banque laurentienne justement à l’époque, où j’ai essayé 2, 3 fois de retirer l’argent en vain. Puis j’ai changé de guichet pour finalement me faire avaler la carte. Il fallait plus tard prouver à la banque que je n’avais pas eu l’argent puisqu’à chaque transaction essaye, mon compte était débuté . J’ai beaucoup d’anecdotes avec la banque Laurentienne. En fin, malgré tout, l’humain reste toujours l’humain la nouvelle technologie et les machines ne peuvent jamais le remplacer à 100%. C’est pourquoi en plus des avantages, il faut y ajouter un peu de sois personnel pour prévenir ou se protéger tout en se laissant aussi un petit espace d’erreurs qu’on ne pas contrôler malheureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top