PME: Un seul endroit pour combler tous vos besoins

Publié le 22 août 2012
par Sophie Marchand M.Sc., CPA, CGA, MVP

PME: Un seul endroit pour combler tous vos besoins

J’ai l’honneur de participer à un projet qui consiste à créer un réseau de partenaires pouvant répondre à l’ensemble des besoins des PME québécoises. Si vous êtes gestionnaire dans une PME, j’aimerais donc connaître votre avis sur les questions suivantes.

.

Comment répondre aux questions posées dans cet article?

.

Repérez la zone commentaires tout au bas de cet article.

.

Cliquez sur “Laisser un Commentaire” et écrivez votre commentaire. Vous pouvez aussi répondre au tweet ci-bas directement dans l’encadré!

.

.

1. De quels types de services professionnels les PME québécoises ont-elles le plus besoin?

.

Bon, assurément vous avez besoin de mes bons services en modélisation et intelligence d’affaires (!) mais au-delà de ce service, si vous pensez à toute la palette de vos besoins, quels seraient les plus criants? Ceux que vous avez le plus de difficulté à combler? Ceux qui sont récurrents? Ceux qui ne sont pas desservis par d’autres réseaux d’experts existants? Ceux qui sont nouveaux?

.

2. Qu’est-ce qui vous inciterait à faire partie d’un tel réseau?

.

Le réseau que nous avons en tête, tel que spécifié en début d’article, est un réseau de partenaires pouvant desservir tous les besoins des PME québécoises. Une PME membre pourrait non seulement avoir accès à tous ces experts mais également avoir droit à certains privilèges comme des rabais, des promotions, des webinaires et des conférences sur des sujets qui les préoccupent. Quels sont les autres incitatifs qui vous convaincraient à faire partie d’un tel réseau?

.

3. Selon vous, quelles seraient les meilleures façons de faire connaître ce réseau?

.

Évidemment, l’idée de base est que chaque partenaire puisse faire la promotion de ce réseau auprès de sa clientèle. Mais autrement, quel serait le ou les canaux les plus efficaces pour rejoindre les PME? Où pourrait-on vous rejoindre par exemple?

.

Je tiens à vous remercier à l’avance pour votre contribution et vous reviendrez dans les prochaines semaines, prochains mois avec l’annonce officielle du lancement de ce réseau.

.

Notre objectif, vous rendre heureux comme eux!

.

.

CFO-Masque_Formations-en-ligne_FB Le CFO masqué offre un vaste choix de formations en informatique décisionnelle avec Excel et Power BI, via un portail en ligne et à distance en temps réel, selon un calendrier. Si vous désirez organiser des formations privées, faites nous simplement parvenir un courriel à info@lecfomasque.com . Des certificats convenant aux normes de formation continue des divers ordres professionnels du Québec sont offerts pour l'ensemble des formations.  

Découvrez quelles formations vous conviennent

 

23 réflexions sur “PME: Un seul endroit pour combler tous vos besoins”

  1. Je crois qu’il est toujours important de faire partie d’un réseau solide capable de nous aider à mieux nous positionner. Dans ce même cadre, il est très important d’effectuer du réseautage sur une base régulière.

  2. Bonne initiative, la promotion de nos réseaux apporte un support qui dans certaine situation peut faire la différence entre stagner et progresser.

    Maintenant, serez vous axé sur le B2B ou B2C?

    Deux mondes en soit !

  3. 1- Les entreprise -PME québécoise ont selon moi le problème suivant : la commercialisation, elles possèdent des équipes de ventes , mais n’ont pas de département marketing, de stratégie marketing et utilisent mal les canaux de prospection et les funnels de ventes complexes. Elle ne sont pas toujours non plus les plus stratèges, et aurait tendances à mettre sur pied des plan de développement incluant des notions patrimoniales, gouvernance, stratégique, tactique et opérationnelles dans les fonctions majeures de l’entreprises.
    Outre les problèmes de marketing et management, elles aurait aussi intérêt a innover beaucoup plus ! Pas seuleument encourager la créativité et l’innovation, bien au contraire, elle devrait structurer et encadrer ses dites activitées… Je cite : « …the aim of marketing is to make selling superfluous. The aim of marketing is to know and understand the customer so well that the product or service fits him and sells itself…Marketing and innovation produce results; all the rest are costs. Marketing is the distinguishing, unique function of the business” -Peter Druker

    2- Des groupe de mastermind privés ou des chef d’entreprise partagent des idées et des stratégie et se rendent imputable pour ce à quoi il vont se commetre. Bien sur, des rabais et des synergies sont envisageables, mais au fond, moi j’y participerais par mon amour de la PME et mon désir de voir mon entreprise grandir. Pas besoin d’autre nananes

    3- Campagne virale et payante sur youtube, facebook, twitter et linked in. Les campagnes de bannières à considérer aussi. Déjà avec les média électroniques, nous aurions touché une grande portion de la tarte, si les résultats se faisait insatisfaisant, des partenaires comme transcontinental média on un très grand ”reach” dans les médias traditionnels qui rejoignent cette clientèle. On a qu’à penser au journal les affaires. Ne pas ommetre d’aller chercher les appuis des organisme para-gouvernementaux tel que BDC, CLD, SADC, MDEIE et autres qui possèdent des listes de contact énormes et des budgets-commandites pour nous aider ainsi que les association comme les manufacturiers exportateurs et autres.

    Jean-Philippe Maltais
    http://www.wakondamarketing.com

    1. Vraiment informatif, merci! Par contre, je suis en désaccord avec votre 3e point concernant les campagnes payantes sur YouTube, Facebook, Twitter, LinkedIn. Ayant dépenser beaucoup d’argent dans la dernière année pour des campagnes publicitaires sur Facebook, je dois dire que ce n’ai vraiment pas le meilleur moyen d’attirer des potentiels clients. Je devais constamment modérer ma page et supprimer la majorité des gens qui aimait ma page, car j’avais toujours du pollupostage “spam”. Je n’attirais pas de potentiel client, n’importe qui à l’extérieur du Canada aimait ma page (Inde, Asie, Pakistan, etc.) ou des gens jouant à des jeux “CityVille, FarmVille…” avec plusieurs milliers d’ami(es). J’ai arrêté de dépenser pour faire ma publicité sur Facebook, cela ne me rapportait rien et je me suis tournée vers LinkedIn. En seulement deux semaines, plusieurs entreprises intéressées à mes services ont communiqué avec moi, et ce sans même avoir payer pour faire ma publicité. Il ne faut pas ce limité au campagne payante. Pour les PME, LinkedIn, ce bâtir un réseau de contacte (bouche à oreille), assister à des événements pour entreprise (donner ses cartes d’affaires), etc. sont des moyens plus efficaces selon moi pour promouvoir ses produits et services.

      1. Bonjour Natacha,

        Je suis aussi d’avis que Facebook n’est pas l’outil idéal pour le B2B, mais il peut l’être pour le B2C.

        LinkedIn est un réseau de professionnels et il est donc plus approprié pour le B2B.

        Merci pour votre commentaire et au plaisir,

        Sophie

      2. Facebook utilisé correctement peut être un outil génial pour attirer une clientèle locale, et bien que vous n’ayez pas eu de succès avec Facebook, un seul cas ne peut pas être généralisé car l’échantillons n’est pas scientifiquement probant. De plus, je ne dis pas de faire seuleument des campagnes payantes, je parle bel et bien de campagne virales aussi… la viralité est par exemple quand les gens décident de partager un article ou un billet de blogue. De plus, avec les capacité de ciblage avancés de facebook, on peut viser des gens de 200 km de montréal de tel et tel groupe d’age qui ont une entreprise ou aime l’entrepreuneurship…. marketing = ciblage…
        Merci de vos commentaires, mais ne dénigrez pas une idée qui peut devenir porteuse si mise en execution correctement.

  4. Réponse à la question: De quels types de services professionnels les PME québécoises ont-elles le plus besoin?

    Au niveau des services financiers (assurances domages, assurances-vie et santé, planification de la retraite) je sais par expérience que plusieurs PME ont de la difficulté à trouvé un conseiller ayant l’expérience et les compétences pour bien les diriger dans leurs décisions.

    La structure des assurances (qui est propriétaire, payeur, bénéficiaire du contrat) est souvent négligée et ne maximise pas toujours la fiscalité pour le propriétaire et sa famille. De plus, les besoins de l’entreprise diffèrent fortement entre le le lancement et la maturité de l’entreprise il faut donc savoir adapter son approche.

    Mon intérêt dans ce projet de partenaire consiste à offrir mes services professionels aux propriétaires d’entreprises (B2B).

  5. Pour nous, un endroit qui fournit un réseau de partenaire pouvant répondre à l’ensemble des besoins des PME québécoises doit avoir des liens directs avec les divers ministères, universités, pour avoir accès aux base de donné pour situer nos divers marchés. Être capable de fournir de la formation sur divers sujets relier à une organisation corporative ex organisation de travail, CSST, marché commun information, droit administratif, réseautage: milieux de son entreprise et externe pour des échanges, formation, truc et astuce informatique et bureautique, conférence sur les sujets internationaux telles que les divers traiter relier au marché public interne ou externe du pays. Tout ne doit pas être que sur une base commerciale mais plutôt être complémentaire de ce qui se fait dans plusieurs organismes actuellement.

  6. Bonjour Sophie.

    Je trouve votre initiative intéressante. D’autant plus que j’ai déjà fait un peu de recherche sur Linkedin pour découvrir qui sont les gens d’affaires qui sont de bons blogueurs et leaders d’opinion et qui desservent la même cible de clientèle que moi et vous en faites partie.

    Pour ma part, je crois qu’un groupe un peu plus restreint, mais donc la clientèle cible est plus précis, aura beaucoup plus de succès qu’un grand groupe qui s’adresse à toute la PME. C’est trop vaste.

    Mais je dois avouer que je ne me suis pas arrêté à choisir précisément la cible qui serait la plus intéressante pour ce groupe. Je dirais que c’est probablement à vous de définir cette cible et que les entrepreneurs intéressés à offrir leurs services à cette cible pourront se joindre par la suite.

    Pour ma part, je choisis les PME de la francophonie qui ont une soif de savoir. C’est-à-dire, des gestionnaires d’entreprises qui ont le goût de se former pour devenir de meilleurs entrepreneurs. C’est encore un peu trop vaste, mais c’est une base pour moi si je me joins à votre groupe.

    Bonne chance dans ce projet.

    François Vincent

  7. Bonjour Sophie,
    je rencontre régulièrement des entrepreneurs et je leur demande souvent quels services ils ont besoin. Ils ont souvent un bon comptable, mais ils cherchent un professionnel qui va les conseiller et leur recommender des stratégies qui leur permettrait de sauver beaucoup d’impôt. J’organise une rencontre gratuite avec un fiscaliste pour réviser leur structure corporative. Le client découvre souvent qu’il devrait créer une société de gestion (ou celle qu’il a est mal monté). Je te recommande d’inclure un avocat-fiscaliste spécialisé en droit des affaires (ou un CA).

    Je suis conseiller en sécurité financière comme Marc Villeneuve. Je veux appuyer ce que Marc a écrit. Je suis aussi actuaire et il y a un service méconnu qui potentiellement fait sauver beaucoup d’impôt: le transfert des polices d’assurance-vie détenues personnellement à la société.
    Jean Sasseville

      1. Rebonjour Sophie,
        pourquoi pas positioner ce service à certaines associations d’entrepreneurs (chambre de commerce, association des entrepreneurs en construction, travailleur autonme, etc)? L’association intéressée en ferait la promotion auprès de leurs membres et cela ne coûterait rien à cette association.
        Jean Sasseville

  8. N’étant pas au Québec mais en France, je ne suis pas bien placé pour répondre à la première partie de la question (quels besoins ?) mais m’interroge sur une réponse à l’autre partie (qui rejoins le réseau ?).
    Notre métier est de fournir un flux continu d’informations éclairant l’avenir (les mutations, la crise, …) pour améliorer la compréhension des enjeux par nos abonnés et leur permettre d’agir plus efficacement.
    Mais le flux que nous générons est il pertinent pour les PME du Québec ?
    Peut être pouvez vous tester (gratuit) : bit.ly/RgDuz5 et le me dire par retour (critiques bien venues !)
    Cordialement
    olivier CHAILLOT

  9. Monique Lauzon, CPA,CGA,MBA

    Bonjour Sophie,

    Félicitation pour votre initiative.

    1. De quels types de services professionnels les PME québécoises ont-elles le plus besoin?

    En premier lieu, je dirais une bonne planification stratégique, planification financière passant par forecast, budget,KPI, et une planification fiscale.

    Une faiblesse que l’on rencontre chez les PME est au niveau des connaissances limitées des outils informatiques (ERP, MRP). Pour certaines PME, le BI n’est pas assez développé ou tout simplement pas développé. L’optimisation des processus opérationnels, l’automatisation des tâches, les informations “just on time” afin de prendre des décisions opérationnelles rapidement sont absentes ayant un impact sur la profitabilité de l’entreprise.

    2. Qu’est-ce qui vous inciterait à faire partie d’un tel réseau?
    La synergie du réseau, le transfert de connaissances. Ce réseau pourrait être le premier contact pour les PME dans toutes situations (acquisition, fusions, développement de marché, croissance, logistique, marketing, etc..)

    3. Selon vous, quelles seraient les meilleures façons de faire connaître ce réseau?
    LinkedIn, Chambre de commerce, Corporations/ Ordres “CGA,CA,Ingénieur…” Associations de gens d’affaires, Universités, contacts….

    1. Bonjour Mme Lauzon,

      Je vous remercie infiniment d’avoir pris le temps de répondre à mon sondage. Vos réponses vont assurément nous éclairer dans notre démarche.

      Au plaisir,

      Sophie

  10. 1 – À mon avis, les PME ont besoin de plusieurs services professionnels mais, ils ont surtout besoin d’être ouverts à bien identifier des personnes (souvent des professionnels) clés pour développer une relation de confiance pour partager une partie des responsabilités. À mon avis, c’est ce dont ils ont le plus besoin car, la rétention d’information et l’incapacité à laisser d’autres personnes faire ce que les entrepreneurs sont le moins bons à faire freine leur croissance.

    2 – Je crois sincèrement que les PME doivent arrêter de se voir comme de simples compétiteurs et plutôt capitaliser en identifiant leurs besoins communs qui n’ont aucun impact sur leur “unicité” en tant qu’entreprise. Par exemple, développer des “services communs” en RH pour un regroupement d’entreprise pourrait être l’opportunité d’avoir accès à des professionnels RH de haut niveau sans assumer les pleins coûts. Contribuer à créer ce genre de service et moi-même bénéficier de ce type de service serait une motivation pour moi de me joindre à ce type de regroupement.

    3 – Les réseaux sociaux (LinkedIn, Facebook, Twitter), les CLD, Chambre de commerce (ces dernières pourraient y voir une forme de compétition…), SADC, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top