Contact: 514-605-7112 / info@lecfomasque.com

Un modèle financier doit être ajustable et évolutif

Publié le : 23 octobre 2013

Les deux objectifs visés par un modèle financier sont de fournir des prévisions financières et de pouvoir répondre à des questions de type « what if…? » ou encore « qu’adviendrait-il si…? ». Par conséquent, le gestionnaire qui utilise un modèle financier s’assurera de prendre les meilleures décisions d’affaires possibles. Mais élaborer un modèle financier efficace requière de solides compétences en finance corporative et en informatique et exige qu’on s’appuie sur les meilleures pratiques d’affaires en modélisation financière. Plus un modélisateur financier élaborera de modèles financiers, plus il sera en mesure de modéliser efficacement de nouveaux projets. Dans tous les cas, un bon modèle financier devra être facile à ajuster (changer les hypothèses, les formules, etc.) et facile à faire évoluer.

.

Au besoin, vous pouvez écouter à nouveau ma présentation Knovio sur les modèles financiers.

.

Rendre un modèle financier ajustable

.

Un bon modèle financier doit être facilement ajustable. Pour atteindre cet objectif, le modélisateur financier doit songer à construire son modèle financier sur des paramètres opérationnels et financiers, qui deviendront des « inputs » dans son modèle.  De plus, l’utilisateur du modèle financier doit pouvoir ajouter ou retirer facilement des variables dans le modèle. De même, il doit pouvoir indiquer des dates de début et/ou de fin d’activités (dates d’embauches, dates de lancement de nouveaux produits, etc.).

.

Ainsi, une entreprise qui vend différents types de forfaits, pourrait construire son modèle financier, de façon à ce que l’utilisateur puisse jouer facilement avec les paramètres de prévision des ventes (tel qu’illustré sur l’image ci-dessous). Elle pourrait donc permettre à cet utilisateur de jouer avec :

  • Le nombre de forfaits qu’il prévoit vendre par année
  • Les dates de lancement de chaque forfait

.

Modèle finanicer ajustable - forfaits

.

Ce faisant, les calculs suivants seraient effectués automatiquement par le modèle financier (voir image ci-dessous):

  • calcul du # de mois dans l’année où chaque forfait est en vigueur
  • calcul du # d’unités vendues de chaque forfait dans l’année

.

Modèle financier ajustable 2

.

Finalement, l’utilisateur pourrait aussi jouer avec les prix de vente et les ventes totales se calculeraient ensuite d’elles-mêmes (voir image ci-dessous):

.

Modèle financier ajustable 3

.

Lorsqu’un modèle financier est élaboré de cette façon, i.e. basé sur des paramètres opérationnels et financiers faciles à comprendre par l’utilisateur, celui-ci pourra facilement modifier, ajouter ou retirer certains paramètres du modèle, tout en préservant l’intégrité des calculs fournis par le modèle.

.

Rendre un modèle financier évolutif

.

Il faut aussi construire un modèle financier en prévoyant les besoins futurs de l’utilisateur. Ainsi, on insérera des « espaces supplémentaires » au cas où l’entreprise se mettrait à vendre des produits supplémentaires dans l’avenir,, embaucherait de nouvelles ressources, etc. (voir image ci-dessous):

.

Modèle financier ajustable 4

.

De même, en respectant la meilleure pratique d’affaires en modélisation financière qui suggère de n’avoir qu’une seule et même formule pour toutes les données qui se trouvent sur la même ligne, colonne ou plage de données (cellules qui ont la même fonction dans le modèle financier), il sera facile d’ajouter des mois, des trimestres, des années supplémentaires à un modèle financier. Il ne suffira que de copier la dernière colonne… les calculs devraient suivre.

 


NOTRE CATALOGUE DE FORMATIONS


Catalogue de formations

Le CFO masqué vous offre 13 formations, réparties dans 4 catégories: Tableaux de bord, Modélisation financière, Finance corporative et Analyse et modélisation de données. Ces formations sont offertes en classe, en entreprise et en ligne. Nos formateurs sont des experts dans leur domaine et sont accrédités par Emploi-Québec et vous remettent un certificat, à la fin de chaque formation, que vous pouvez notamment utiliser pour faire reconnaître des heures de formation continue auprès de votre ordre professionnel.

Pour info: 514-605-7112 ou info@lecfomasque.com

Téléchargez notre catalogue

Sophie Marchand, M.Sc., CPA, CGA, MVP

Instigatrice du CFO masqué, Sophie Marchand est détentrice d’une M.Sc. en finance corporative, d’un titre comptable CPA, CGA et d’un titre MVP (Most valuable professional) Excel de Microsoft, et cumule plus de 12 années d’expérience dans le milieu des affaires. Elle se spécialise particulièrement en modélisation financière et en intelligence d’affaires. À ce titre, elle développe des modèles financiers rigoureux, des tableaux de bord sophistiqués et des outils de gestion performants. Elle offre ses services en tant que consultante, formatrice et conférencière.

  • répondre Pierre ,

    Bonjour,
    un principe qu’il faut aussi souvent rappeler, car les utilisateurs d’un tableur Excel font souvent cette erreur, est de bien isoler toutes les variables qui sont utilisées par différents calculs dans un même onglet (que l’on dédit spécifiquement à ce type d’informations). De cette manière, au lieu de faire apparaître plusieurs fois une même variable dans les différentes formules l’utilisant, on met à sa place le lien vers la cellule de la variable située dans l’onglet spécifique. De cette manière, lors de l’actualisation de la variable, au lieu de devoir le faire manuellement (ou à l’aide de la fonction « Recherche/Remplacer ») pour chaque formule l’utilisant, il suffit de saisir la nouvelle variable dans l’onglet concerné. Ainsi, on évite le risque d’avoir oublié d’actualiser la variable dans une ou plusieurs formules de calcul.

    De même, lorsque la source des variables est issu d’un logiciel métier (par exemple un logiciel de facturation clients, pour obtenir comme variable les quantités vendues d’un produit sur une période donnée), il est important de créer une automatisation qui s’appuie sur l’import/export tel quel des données dans Excel (sans avoir à faire de modification sur les données ou leur format). Car moins on agit manuellement sur les données récoltées, plus on limite le risque d’une erreur de re-saisie ; sans compter le temps gagner que l’on peut « investir » dans l’analyse des données finales.
    Pour cette automatisation, je recommande souvent l’utilisation de la fonction « RechercheV ». Elle est certes un peu difficile à utiliser pour bon nombre d’utilisateurs d’Excel, du fait de sa relative complexité, mais elle a l’avantage de bien fonctionner sur la durée. De cette manière, à chaque fois que vous réalisez un nouveau import/export de ces mêmes données, afin de les actualiser, la fonction RechercheV va automatiquement prendre en compte les nouvelles variables pour chaque formule de calcul concernée. Cela étant, pour que cette fonction n’est pas de « râté », il est important de bien « nommer » (informatiquement parlant) au préalable chaque colonne de la feuille de données utilisée pour recevoir les données importée. Ce « nommage » se fait à l’aide de la fonction « Insertion/Nom/Définir », que l’on utilise après avoir au préalable sélectionner la colonne concernée (par un clic gauche de la souris sur la lettre identifiant ladite colonne : A, B, C, D…).
    Ce nommage est surtout important pour la colonne qui contient ce que l’on appelle « l’identifiant unique » de chaque variable, comme par exemple un numéro de lignes de factures (dans le cas où une facture de vente peut avoir plusieurs lignes), un numéro de cpte comptable, etc. On dit « unique », car à un même identifiant ne doit correspondre qu’une seule donnée (pas de doublons). A défaut, en cas de doublons, la fonction RechercheV ne sera pas quelle donnée prendre et donc récupérera la première qu’elle trouve.
    Pour finir, il est bien aussi d’avoir des identifiants classés par ordre croissant ou décroissant, car cela facilite le travaille de la fonction RechercheV et évite qu’elle prenne une mauvaise donnée (elle n’aime pas trop le désordre, surtout lorsque les données qu’elle doit passer au « grible » sont très nombreuses, ce qui est souvent le cas des fichiers de ventes par exemple).

    En espérant que mes explications seront compréhensibles et pas trop longues, je vous souhaite une bonne soirée.

    Bien cordialement,

    Pierre

  • répondre Atelier dirigé: Construisez un modèle financier de A à Z, selon les meilleures pratiques d’affaires | Mon Cher Watson ,

    […] Un modèle financier doit être ajustable et évolutif […]

    Écrire un commentaire


    • *